La vraie raison pour laquelle les baristas de Starbucks n'obtiennent jamais le bon nom


Un comédien essaie de deviner pourquoi ces baristas de Starbucks sont si doués pour se tromper de nom

Un client de Starbucks nommé Jens a reçu cette... situation.

Vous savez comment presque chaque fois que vous passez une commande de boisson chez Starbucks, la tasse vous est livrée avec l'orthographe de votre nom la plus découpée que vous ayez jamais vue ?

Ce qu'il y a sur la tasse n'est pas votre nom, mais une approximation de votre nom qui est en fait un tas de lettres combinées d'une manière que vous n'avez jamais vue auparavant. Qu'est-ce que c'est? Comment se trompent-ils à chaque fois ?

Une ou deux fois, vous avez probablement pensé à quelque chose du genre "il n'y a aucune chance qu'ils ne le fassent pas exprès". Il s'avère que c'est à peu près juste pour l'argent, du moins c'est ce que soupçonne le comédien Paul Gale, qui a réalisé cette vidéo révélatrice du point de vue d'un barista de Starbucks.

Cela peut vous faire ressentir un peu d'empathie pour la personne qui vous a tendu une tasse qui dit « Gob » même si votre nom est Joe. "Comme dans une tasse de café", avez-vous essayé de dire, et ils vous ont entendu, mais ils s'en fichaient.

Remarque : cette vidéo contient un langage réservé aux adultes et la discrétion du spectateur est conseillée.

Pour les dernières mises à jour sur la nourriture et les boissons, visitez notre Actualités culinaires page.

Karen Lo est rédactrice associée au Daily Meal. Suivez-la sur Twitter @appleplexy.


La VRAIE raison pour laquelle Starbucks épelle toujours mal votre nom !

Donc, nous restons généralement à l'écart des vidéos qui larguent la bombe F, mais la révélation INCROYABLE de Starbucks contenue dans cette vidéo hilarante que 22 mots ont découvert est si épique, nous avons dû la partager !

Cela répond essentiellement à la question séculaire de savoir pourquoi les baristas de Starbucks ne veulent jamais dire, jamais déjà&mdash épelez correctement votre nom. Même lorsque vous avez le nom le plus simple du monde (hum, comme CHRIS), ils arrivent quand même à tout foutre en l'air !

Regardez la vidéo ci-dessous, et le top Starbucks #FAIL aura enfin du sens pour vous ! AVERTISSEMENT : Cette vidéo n'est pas sûre pour la classe.

Que pensez-vous de cette révolution Starbucks ? Pensez-vous que les baristas de Starbucks se moquent vraiment de nous ? Sonnez dans les commentaires !


La punition pour avoir été méchant avec votre barista Starbucks

Cette semaine, lorsque Internet nous a donné cette vidéo virale qui parodie pourquoi les baristas de Starbucks épellent vraiment les noms de manière ridiculement fausse, tous ceux qui sont déjà entrés dans un Starbucks ont bien ri. Les vrais baristas de Starbucks ont ri encore plus fort. Il s'avère que la blague est assez proche de la vérité. Une directrice adjointe parle à Cosmopolitan.com de la façon dont elle trouve la plus grande joie dans la façon dont elle dérange ses clients au quotidien. « J'aime vraiment mon travail, dit-elle.

À quelle fréquence épelez-vous intentionnellement le nom de quelqu'un sur sa tasse de café ?
La plupart des matins, je le fais juste pour déranger les gens. J'aime voir leurs réactions. Mais mes habitués en sont venus à l'adorer. J'ai beaucoup de Jessicas qui arrivent, et j'ai fait toutes les variations de ce nom que vous pouvez imaginer. En fait, j'ai fait à peu près tous les noms que la vidéo montre.

Est-ce que quelqu'un a déjà été énervé par la farce ?
J'ai un client régulier qui s'appelle Bob, et la première fois que j'ai épelé son nom Boob, je suis allé encore plus loin. Je l'ai crié aussi fort que j'ai pu, "Boob, ton café au lait est prêt, BOOB!" Il ne s'en souciait pas vraiment. Il a fait une petite scène, et mon manager lui a offert une boisson gratuite pour le calmer. Maintenant, il a le sens de l'humour à ce sujet. Maintenant, quand il entre avec un air renfrogné sur le visage, j'épelle son nom "Boob", juste pour lui faire un petit sourire.

À quelle fréquence les gens se plaignent-ils des fautes d'orthographe?
Je ne reçois jamais vraiment beaucoup de plaintes au sujet du nom erroné, il s'agit normalement du fait que la boisson est erronée. Il y avait une fille qui a dit son nom si vite que je n'avais aucune idée de ce qu'elle disait. Je lui ai demandé de le répéter plusieurs fois, et je ne pouvais toujours pas le comprendre. Puis j'ai réalisé que c'était Shaniqua. Je n'ai aucune idée de comment épeler ça. Alors j'ai juste écrit Shaq sur sa tasse et je l'ai appelé. "Hé, Shaq, voici ton macchiato au caramel !" Elle m'a juste jeté un regard sale et a dit : "Vraiment, Shaq ?" J'ai souri et elle est partie. Elle vient encore tout le temps.

S'agit-il d'un code de conduite non écrit pour les baristas ? Est-ce que chaque barista fait ça ?
Je ne sais pas si tout le monde le fait, mais quand j'ai demandé à ma responsable si elle le faisait, elle a admis que la plupart des employés de Starbucks l'utilisaient comme outil de marketing. La plupart des gens ne vont pas publier sur les réseaux sociaux une photo d'une tasse avec leur nom épelé correctement. Je l'utilise juste pour être drôle, mais maintenant je comprends pourquoi les gens l'utilisent pour promouvoir l'entreprise.

Sinon, comment vous divertissez-vous au travail qui agace les clients ?
Parfois, toute l'équipe se rassemble autour d'espresso et chante "Shots" de LMFAO à pleins poumons. Nous sommes extrêmement bruyants. Parfois, les gens chantent et j'aime ces clients. D'autres sont simplement agacés et impatients.

Donnez-vous déjà du lait régulier à quelqu'un qui demande du lait écrémé ?
Ah ouais, tout le temps. Et nous leur donnerons régulièrement des expressos lorsqu'ils demanderont du décaféiné. Je ne le fais pas si quelqu'un est gentil, et je ne donnerais jamais une boisson contenant de la caféine à une femme enceinte si elle ne la commandait pas. Mais si quelqu'un est arrogant ou grossier, je le fais. Par exemple, je vais préparer un verre et quelqu'un regarde par-dessus la cloison et demande : « Avez-vous appuyé sur le bouton décaféiné ? Attendez, je pense que le bouton décaféiné est là-bas. Une fois, un client a essayé de passer derrière le comptoir pour vérifier où se trouvaient les coups de décaféiné. J'étais comme, "Monsieur, vous ne pouvez pas revenir ici." Il a dit: "Je vous vois toujours appuyer sur différents boutons ici, et je veux juste savoir où se trouve le bon." Et tu sais quoi? Maintenant, vous obtenez un coup régulier juste pour vous remonter le moral. Peut-être même un double.

Avez-vous déjà craché dans un verre ?
Oh non, je ne ferais jamais ça. En plus, nous avons des caméras sur nous tout le temps.

Est-ce que quelqu'un vous a déjà mis en colère au point de vouloir cracher dans son verre ?
Un client m'a fait pleurer une fois. Il était tard et je fermais tout seul. Elle [était] une femme plus grande avec une voix très forte. Elle entre en parlant au téléphone et commande un café au lait au thé vert. Elle n'a pas précisé si elle le voulait chaud ou glacé ou quel type de lait elle voulait, et elle ne m'a pas écouté. Alors je lui ai téléphoné pour une chaude et je la lui ai donnée. Elle but une gorgée et la recracha sur le comptoir. Elle a dit : « Est-ce que c'est sans gras ? Est-ce que c'est sans sucre ? Est-ce que c'est à 180 degrés ? J'ai dit : "Je ne savais pas ce que tu voulais. Je peux le refaire." Sa réponse : "Tu ferais mieux de le refaire !" Alors je l'ai fait, elle l'a goûté, a haussé les épaules et a dit : « Ça fera l'affaire », et elle est partie. Elle revient au magasin 20 minutes plus tard et dit que la boisson est horrible et en exige une nouvelle. J'ai ouvert le couvercle, et c'est une tasse pleine de lait froid. Nos lattes de thé vert sont vraiment verts à cause de la poudre de matcha que nous utilisons. J'ai commencé à lui en faire une nouvelle et j'ai demandé : "Alors, qu'est-il arrivé au matcha là-dedans ?" et elle m'a crié dessus: "Tu me questionnes sérieusement? Tu ferais mieux de faire mon café au lait, salope!" J'ai commencé à pleurer et elle n'arrêtait pas de me terroriser. C'était horrible. Mais je n'aurais toujours pas craché dans son verre. Je ne veux blesser personne intentionnellement de quelque façon que ce soit.

Combien de café buvez-vous par jour ?
Si je travaille, je prends généralement mon café au format trenta, et je reçois également ma recharge gratuite et je le bois tout au long de mon quart de travail de huit heures. Quand il fait beau, je reçois aussi un moka chaud en partant.

Avez-vous du mal à dormir?
C'est étrange. Certains jours, je pouvais boire un quart d'espresso et m'endormir. Ou je pourrais boire un double shot et rester éveillé toute la nuit.

Quelles sont vos boissons et collations préférées proposées par Starbucks ?
J'aime un macchiato caramel, vanille moka ou vanille chai. Et j'aime beaucoup les muffins au fromage à la crème et à la citrouille.

Vous rentrez chez vous en sentant l'odeur du café ?
Oui. Je dois me doucher et laver mes vêtements tout de suite. Mais je ne pense pas que j'en aurai jamais vraiment marre de l'odeur.

C'est l'automne, alors Starbucks pousse fort le café au lait épicé à la citrouille. Que pensez-vous vraiment de cela et des autres boissons de vacances ?
Personnellement, j'aime beaucoup le latte à la citrouille et aux épices. Mais je l'obtiens avec la moitié du sirop parce que je pense que c'est plutôt sucré. Si c'est fait correctement, je pourrais les boire toute la journée. Je pense que c'est l'une de nos meilleures boissons. Je ne suis pas vraiment fan du latte au pain d'épice.

Vous arrive-t-il de dire aux clients que vous n'aimez pas boire un verre ?
Oui, mais je leur dis que c'est d'abord mon opinion. Ensuite, je demanderai à un autre barista qui l'aimera peut-être de donner son avis aussi. Je préfère qu'ils entendent ce que je ressens plutôt que d'acheter un verre à 5 $, de le détester, et nous devons faire autre chose.

Y a-t-il une réelle différence entre le chai latte d'Oprah et un chai latte ordinaire ?
Je reçois cette question tout le temps. Personnellement, je n'aime pas le chai d'Oprah. C'est bien [plus épicé]. Je dirais que 85 % de nos clients le détestent. Si nous leur disions que nous passons uniquement au chai Oprah et que nous ne servirons plus de chai ordinaire, ils diront qu'ils ne viendront plus chez Starbucks. C'est bien que chaque boisson collecte des fonds pour une œuvre caritative, mais elle est la seule personne dans l'histoire à avoir une boisson Starbucks qui porte son nom. C'est une sorte de roulement des yeux.

Quel est le meilleur type de client ?
J'aime mes habitués ou toute personne disposée à passer son temps à me parler afin que je puisse connaître leurs goûts et leurs aversions. J'aime aussi beaucoup les clients qui essaient des échantillons. Je ne sais pas pourquoi les clients ne veulent pas essayer les échantillons. C'est gratuit.

Puis-je demander à goûter quelque chose dans le magasin même si vous ne le proposez pas dans ces petites tasses ?
Oui, vous pouvez demander à goûter n'importe quoi. Ne me dites pas que vous ne savez pas quel goût a un Frappuccino et que vous voulez tous les goûter. Chaque barista déteste faire des Frappuccinos parce qu'il a le plus d'étapes dans chaque boisson. Je vais faire les échantillons pour vous, mais je suis un peu énervé contre vous maintenant. Le type de personne qui demanderait cela est aussi le type de personne qui le demanderait quand je suis clairement très occupé.

Quel est le pire type de client ?
Quelqu'un qui vient sur son téléphone et s'attend à ce que je sache ce qu'il veut juste en lui jetant un coup d'œil. Alors, est-ce un grand latte sans gras ? Non? Bonjour? Et puis j'ai un sale regard. Ou toute personne qui claque son argent sur le comptoir. C'est une de mes bêtes noires. J'ai tendu ma main ici doucement pour une raison, vous savez. Les clients impatients sont aussi agaçants. Quiconque tape du pied ou fait tinter ses clés. Arrêtez-le. Et les inspecteurs OCD & mdash quelqu'un qui commande un macchiato au caramel en couches mais demande ensuite pourquoi il n'est pas agité.

Corrigez-vous les gens quand ils se trompent dans la terminologie ?
Je vais le dire d'une manière agréable. Si quelqu'un dit un grand et que j'attrape un évent, alors il dit qu'il veut un "grand grand", je lui réponds : "Oh, vous voulez la taille trenta". Un gros ennui pour nous tous, c'est quand les gens mettent un X dans un expresso. Et tout le monde appelle nos Frappuccinos des "frappes", comme chez McDonald's. Eww, ce n'est pas McDonald's.

Les personnes qui distribuent le café s'énervent-elles lorsque le client a disparu ?
Avons-nous un ajustement? Pas nécessairement. Si c'est vraiment occupé, nous paniquer quand quelqu'un d'autre le prend parce que nous devons le refaire et le mettre en haut de la liste. Normalement, nous l'appelons toutes les deux minutes parce que cette personne pourrait être au téléphone ou dans la salle de bain. Après cinq minutes, nous le tirons sur le côté, le recuissons à la vapeur s'il s'agit d'une boisson chaude ou ajoutons plus de glace à une boisson glacée.

Que faites-vous de tout le café non réclamé ?
Normalement, je l'offrirai si quelqu'un le veut. Ou je vais le mettre dans de petits gobelets d'échantillons. Mais s'il s'agit de quelque chose avec beaucoup de changements différents, comme du thé noir avec un coup d'espresso, du lait de soja et de la vanille sans sucre, personne ne veut essayer ça. Alors je vais le jeter.

Quelle a été la commande de boisson la plus agaçante ?
Je l'ai mémorisé. Il y a une cliente qui est arrivée il y a quelques semaines et qui a demandé une de nos tasses, puis elle a sorti un stylo et en a tiré exactement ce qu'elle voulait : six morceaux de glace, un shot par dessus, un peu de lait de soja , six autres morceaux de glace, un autre shot, du lait de soja, puis elle veut que ça soit mélangé. Ensuite, en plus de cela, deux pompes de framboise, une pompe de menthe poivrée, une boule venti de glace et une pompe de notre base Frappuccino, puis mixées à nouveau. Puis de la vanille sans sucre en plus de cela, deux autres coups d'espresso, de la crème fouettée, un filet de caramel, un filet de noisette, un filet de chocolat, un filet de moka et un filet de vanille. C'est une boisson qui demande beaucoup d'entretien. Il est sorti gros parce que notre mélangeur ne pouvait pas vraiment le gérer, et nous ne savions même pas comment l'appeler.

Avez-vous déjà appliqué la règle de la salle de bain réservée aux clients ?
Je crois que ce n'est qu'une fois qu'un sans-abri est entré et s'est enfermé à l'intérieur pendant plus d'une heure. Il se lavait là-dedans. Je l'ai laissé finir et nous lui avons dit qu'il devait partir. Ensuite, nous avons dû nettoyer cette salle de bain en profondeur. Mais ça ne me dérange pas que les gens viennent juste pour aller aux toilettes. Nous avons des salles de bains assez propres. Fait ce que tu as a faire.

Quel âge a vraiment la nourriture ?
Toute la nourriture que vous voyez a été faite ce jour-là. Nous le congelons quand il arrive, mais nous ne sortirions jamais de la nourriture du mercredi un jeudi. Nous jetons toute la nourriture inutilisée à la fin de la journée. Et je déteste que nous le fassions. C'est tellement inutile. Un an, j'ai obtenu la permission de faire don de toutes nos pâtisseries inutilisées à un garde-manger juste autour de Thanksgiving, et j'ai adoré ça. Je devrais le faire plus souvent.

Quelle nourriture les gens aiment le plus, et que devrait-on éviter ?
Les gens adorent les cake pops et tous les trucs à la citrouille quand c'est la saison. Et je prépare environ une douzaine de muffins au yaourt et aux myrtilles chaque jour, et nous vendons toujours. Ne mangez pas les croissants. Ils ne sont tout simplement pas à la hauteur de Starbucks. Un bon croissant ne se trouve pas au réfrigérateur, et la plupart de nos clients le savent.

Que pensez-vous des personnes qui achètent un café et restent assises toute la journée en utilisant le Wi-Fi ?
Cela ne me dérange pas. Nous avons suffisamment de places là-dedans. Si vous n'achetez rien pendant une longue période, nous vous demanderons si vous voulez de l'eau et nous vous donnerons une idée de ce que vous faites. Mais nous ne vous expulserons pas.

Quelle est la meilleure partie du travail?
Ce que je préfère dans mon travail, ce sont les clients. J'aime voir la lumière sur leurs visages lorsqu'ils essaient une nouvelle boisson et ils adorent ça. Un client était fatigué de son latte à la vanille et voulait quelque chose de différent. Je lui ai fait un moka noir et blanc, et elle était tellement excitée qu'elle m'a dit que j'avais réinventé son palais. Ce sont ces petites choses qui l'emportent sur les mauvaises.

Quelle est la pire partie du travail?
Probablement le nettoyage. C'est tellement de nettoyage toute la journée.


2. Pain au citron Starbucks

Ce gâteau au citron doux et moelleux a un glaçage au citron doux et piquant. Rien que de dire ça m'a mis l'eau à la bouche !

Ce gâteau est tout au sujet de la cohérence. Il est dense mais pas lourd, et il est humide et tendre.

Le citron et la crème sure ajoutent un merveilleux contraste à la douceur du gâteau.

Ensemble, les ingrédients créent l'équilibre parfait des saveurs et des textures.

C'est un jeu d'enfant à cuire, pour démarrer. C'est si facile que vous pouvez fouetter la pâte dans un seul bol.


Pourquoi les conservateurs détestent tellement Starbucks

Si vous suivez le genre de controverses qui ont du temps d'antenne sur Fox News, vous avez probablement remarqué que, encore et encore, une marque a offensé les conservateurs ces derniers temps : Starbucks. Il fut un temps où Starbucks n'incluait pas de messages explicitement chrétiens sur ses tasses de vacances et était regroupé avec les laïcs qui font la guerre à Noël. Il y a eu la campagne Race Together, dans laquelle la marque a lancé puis abandonné une initiative pour que les baristas parlent de race aux clients. Il y a eu un moment l'année dernière où un groupe d'hommes a dit aux baristas d'écrire "Trump" sur leurs tasses après qu'un Blanc ait affirmé qu'il avait été victime de discrimination raciale dans un Starbucks. Et puis il y a le fait que le fondateur de Starbucks, Howard Schulz, a approuvé Hillary Clinton (et a été présenté comme son possible secrétaire au Travail).

La dernière itération de cette tendance est survenue lorsque Schulz a annoncé que l'entreprise avait l'intention d'embaucher 10 000 réfugiés au cours des prochaines années. La déclaration de Schulz&# x2019 est intervenue après l'interdiction initiale des réfugiés de Trump&# x2019, les conservateurs l'ont donc considérée comme une attaque directe. Starbucks devrait se concentrer d'abord sur l'Amérique et donner des emplois aux vétérans de l'armée, ces personnes ont dit, même si Starbucks a depuis longtemps un programme pour faire exactement cela. Des sites conservateurs fragmentaires ont raconté l'histoire et ont déclaré que Starbucks en souffrait, même s'il n'y a aucune preuve solide d'un déclin lié aux relations publiques.

Le nombre de personnes en colère contre Starbucks n'est probablement jamais beaucoup plus grand que le nombre de personnes qui tweetent pour être en colère contre Starbucks. Mais cette haine perçue est encore suffisante pour justifier un reportage sur certains sites pas toujours légitimes. D'autres sites reprennent l'histoire et les choses font boule de neige. Le contrecoup de la controverse est suivi par le contrecoup du contrecoup, et bientôt Starbucks doit publier une déclaration disant : « Ces contrecoups ou ces baisses ne sont pas étayées par notre propre mesure de la santé de la marque Starbucks et du sentiment des consommateurs. écrit, résultant en une couverture exponentiellement plus que quelques tweets méritaient.

Il convient de souligner que tout le monde n'est pas conscient que Starbucks est censé être une entreprise libérale. Des amis qui vivent à New York m'ont dit qu'ils associaient la marque aux touristes, aux filles de la sororité et aux choses qu'ils avaient laissées dans leur ville natale conservatrice. Et bien sûr, les milkshakes massifs de la marque sont plus proches des plats de restauration rapide traditionnels que des aminos à la noix de coco ou de tout ce que les libéraux mangent. D'une certaine manière, Starbucks est la Lena Dunham des marques : détestée par les conservateurs pour être trop libérale et moquée par l'avant-garde pour être trop mainstream. Ils ne peuvent vraiment pas gagner, sauf pour le fait qu'ils ont un succès inimaginable.

Comment Starbucks est-il devenu une cible si facile dans les guerres culturelles ? Bien sûr, il existe une longue association de la culture du café avec le plus libéral des lieux, l'Europe. Starbucks peut ne pas ressembler (ou goûter) aux endroits pittoresques qui bordent les rues du continent, mais son menu propose de nombreux mots étrangers aux sonorités amusantes (imaginez que Hank Hill&# x2019s réaction horrifiée à Bobby commandant un venti moka frappuccino). Ensuite, il y a le pedigree côtier de la marque. Il est né à Seattle, s'est étendu à de nombreuses villes et est maintenant présent dans toutes les banlieues et centres commerciaux du pays. Pour certains conservateurs, Starbucks est une force de l'impérialisme libéral, envahissant leurs villes, mal orthographiant leurs noms et suggérant qu'ils parlent de diversité.

Une recherche rapide sur Twitter pour “snowflake” et “latte” trouve des dizaines de tweets associant un café raffiné à des “guerriers de la justice sociale.” De même, #BoycottStarbucks affiche des centaines de tweets, principalement de comptes de droite qui sont en colère contre le plan d'embauche de réfugiés. J'ai envoyé un message à un compte nommé @moekamerow, qui avait posté une macro d'image de visages d'hommes du Moyen-Orient photoshopés sur les corps d'employés de Starbucks avec le texte “Hello infidèles comment pouvons-nous vous tuer aujourd'hui,” et la chaîne’s célèbre logo vert modifié pour dire &# x201CStarbombs Coffee,&# x201D et aussi une main remplissant une tasse de café glacé avec du liquide provenant d'un récipient marqué &# x201CPoison.&# x201D Moshe, l'homme derrière le compte, m'a dit qu'il&# x2019s approuvant le boycott parce que le PDG de Starbucks veut embaucher 10 000 réfugiés islamiques non merci la liberté d'expression fonctionne dans les deux sens et en plus de cela, Starbucks est un café horrible à moins que vous n'aimiez les haricots brûlés non merci. #x2019 est un samouraï théologien de la Renaissance qui préfère mourir que de mentir.”)

L'un des plus grands noms que j'ai vus actifs dans les tweets #boycottstarbucks était la superstar de droite Mike Cernovich. « Starbucks est un café médiocre, mais en tant que personne qui aime les longues promenades en ville, je suis reconnaissant pour leurs toilettes propres », m'a-t-il dit lorsque je lui ai demandé ce qu'il pensait des controverses. “Starbucks fait de la politique de gauche et soutient des causes de gauche. Ils aliènent leur clientèle. Lorsque je lui ai demandé s'il pensait qu'il était encore possible pour une entreprise de simplement vendre un produit sans s'aliéner un côté ou l'autre, il m'a répondu : . Notez, cependant, qu'elle a pris beaucoup de drame pour rester neutre. & bien, d'accord.

Lorsqu'elle a été contactée pour savoir pourquoi Starbucks a toujours attiré la colère des conservateurs, l'équipe de relations publiques de Starbucks m'a renvoyé à une déclaration d'Howard Schulz lors de leur dernière assemblée des actionnaires : aujourd'hui, c'est qu'aucune des choses que nous avons essayé de faire en tant qu'entreprise, qui est basée sur l'humanité et la compassion, n'est basée sur la politique, mais elle est basée sur des principes et nos croyances fondamentales, que j'ai essayé de décrire très précisément .” Qu'est-ce qui semble bien, sauf qu'est-ce que la politique, à part la manifestation réelle des principes et des croyances fondamentales ?

Starbucks n'est pas le seul à prendre la chaleur des militants ces derniers mois. Les cascades à droite comme #TrumpCup et #BoycottStarbucks sont peut-être l'itération la plus absurde de ce phénomène, mais New Balance, Nordstrom, Uber, Pepsi (dont la publicité de Kendall Jenner a réussi à offenser à la fois la gauche [quand elle a été diffusée] et la droite [quand il a été retiré]), et Red Bull ne sont que quelques-unes des marques qui ont été critiquées.

Suivre les controverses peut être un peu fastidieux, mais je pense que ce sont des réactions assez compréhensibles à notre climat politique accru. Quand tant de gens croient que nous vivons une fin des temps politique et que l'autre côté représente une menace existentielle pour leur mode de vie, il est naturel que les acheteurs ne veuillent pas donner de l'argent à une entreprise qu'ils jugent moralement répugnante. « Il n'y a pas de consommation éthique sous le capitalisme », dit le mème, mais certaines consommations sont certainement encore moins éthiques ? Je préfère que mon argent ne soutienne pas quelqu'un qui attaque activement mes valeurs fondamentales, pour reprendre une phrase de Howard Schulz. En même temps, je ne veux vraiment pas avoir à prendre en compte les opinions politiques d'un PDG chaque fois que je sors prendre un café.


Potins Starbucks

Barista Starbucks : Nous ne sommes pas vos amis (mais vos pourboires sont appréciés)

Le barista de Starbucks qui a écrit cette chape pense apparemment qu'il/elle dit quelque chose de nouveau aux clients ici, désolé, mais en tant que client de longue date attentif, je trouve à peine cette nouvelle de dernière minute : "Dans la plupart des cas, nous vous détestons absolument, mais nous sommes extérieurement amicaux - parce que nous sommes payés pour le faire. . Nous vous demandons comment vous allez parce que c'est une façon de faire la conversation, et nous sommes obligés de faire la conversation dans cette ligne de travail. " Du côté client du comptoir, je dirai ceci : ça se voit. croyez-moi, ça se voit. [REMARQUE : IL APPARAIT QUE CRAIGSLIST A SUPPRIMÉ LE RANT QUE JE L'AI PUBLIÉ CI-DESSOUS.] (Chicago Craigslist)

De votre barista Starbucks
Répondre à : [email protected]
Date : 2007-03-18, 23 h 08 HAC

À vous tous, idiots et tristes accros à la caféine qui font la queue tous les matins comme des lemmings pour vos lattes hors de prix : il y a certaines choses que vous devez savoir.

1. Nous ne sommes pas vos amis. Nous ne sommes généralement pas vos voisins. Dans la plupart des cas, nous vous détestons absolument, mais nous sommes extérieurement amicaux - parce que nous sommes payés pour le faire. Vous ne bénéficiez pas d'un traitement spécial, et nous nous foutons vraiment de vos dernières vacances ou de votre nouveau bébé ou de vos problèmes immobiliers. Nous vous demandons comment vous allez parce que c'est une façon de faire la conversation, et nous sommes obligés de faire la conversation dans ce domaine de travail. Maintenant, il y a des clients qui sont vraiment appréciés, mais ils sont peu nombreux. Si vous devez y penser, vous n'êtes probablement pas l'un d'entre eux.

2. Oh, vous travaillez à domicile ? Nous ne sommes pas votre pause refroidisseur d'eau. Nous sommes peut-être les seuls humains avec lesquels vous avez interagi pendant des jours, mais ne vous attendez pas à ce que nous soyons intéressés par votre stupide entreprise à domicile ou votre commentaire raciste, sexiste et totalement pas drôle. Prends ton verre et sors.

3. Assez de répéter la blague sur les commandes de George Carlin Starbucks ! C'était drôle la première fois que nous l'avons entendu. Peut-être. Vous êtes probablement la quatre centième personne à me le dire, en attendant que je rigole, et je vous garantis que vous allez être déçu.

4. Le pourboire est grandement apprécié. Alors que Starbucks offre une excellente assurance et d'autres avantages à ses employés, et parfois même un salaire horaire décent, les baristas ne sont pas garantis un certain nombre d'heures par semaine et n'obtiennent JAMAIS d'heures à temps plein. Donc : nous avons une bonne couverture santé mais pouvons à peine faire nos courses. Nos pourboires contribuent à augmenter nos maigres salaires. Si vous ne voulez pas donner de pourboire, ne le faites pas - mais arrêtez de vous plaindre. J'ai remarqué que la complexité de votre commande de boisson est assez souvent inversement proportionnelle à la taille de votre pourboire. Les clients les plus grossiers et les plus difficiles ne donnent JAMAIS de pourboire - généralement les mères au foyer portant cinquante grands de diamants, hurlant dans leurs KRAZR roses à la mode et ne faisant absolument aucune attention à leur horrible progéniture (qui fait des ravages de toutes les manières possibles. ) Chiennes.

5. Le LAIT ÉCRÉMÉ est le même que le LAIT NON GRAS. Ne commandez pas de « latte écrémé sans gras » – c'est superflu. De même, ne dites pas que vous voulez un « grand latte écrémé », puis corrigez-moi lorsque je crie « grand latte sans gras ». Salope. Ce qui m'amène à :

6. Nous sommes formés pour appeler les commandes de boissons d'une manière particulière. Cela permet de s'assurer que tous vos détails stupides et pointilleux sont corrects. NE PAS
• Corrigez-moi (voir ci-dessus)
• Dites-moi le plus arrogant possible que vous « ne parlez pas Starbucks ». C'est probablement l'une des déclarations les plus stupides que j'aie jamais entendues.
• Continuez à me demander : « Est-ce du décaféiné ? Est-ce que tu a reçu sa? J'ai commandé du décaféiné. Êtes-vous sûr que c'est du décaféiné ? » F + CK VOUS. Oui je l'ai eu.
• Dites-moi comment préparer un verre. Je sais ce qu'il y a dans un moka. Vous ne pourriez probablement pas en faire un si quelqu'un avait un pistolet sur votre tempe.

Autant continuer ! A NE PAS FAIRE :
• Appuyez-vous sur le comptoir de distribution, empêchant efficacement les personnes qui ont commandé AVANT vous de prendre leur café.
• Prenez votre boisson, arrachez le bouchon, avalez-en un tiers à la moitié, puis demandez-moi de « la couronner ».
• Prenez le premier verre qui arrive, car bien sûr c'est le vôtre ! Tu es le seul putain de client du coin ! Vous avez commandé un grand latte et c'est un Frappuccino, qu'importe ! Vous y êtes arrivé le premier !
• Criez-moi parce que vous ne voulez pas de crème fouettée, alors que vous ne l'avez jamais spécifié.
• Soyez tout énervé quand je vous demande si vous voulez de la crème fouettée sur un moka écrémé. Parce que certaines personnes le font, la boisson vient généralement avec, et nous sommes là pour servir votre cul exigeant.
• Entrez en portant un manteau de fourrure jusqu'au sol et, lorsqu'on vous demande si vous avez besoin d'un sac pour votre achat, dites non parce que vous voulez « sauver des arbres ». S'il vous plaît, sauvez-moi l'ecchymose au front.
• Tenez votre enfant de deux ans près de la caisse à pâtisserie et demandez-lui de choisir quelque chose. Les hommes adultes (enfin, les hommes adultes stupides) sont stupéfaits par la variété à certains moments, aucun enfant en bas âge ne sera capable de déterminer ce qu'il veut en moins de trois jours. Choisissez quelque chose pour lui et passez à autre chose.

7. Si vous jappez sur votre téléphone portable lorsque vous vous présentez au comptoir, DITES À LA PERSONNE À L'AUTRE EXTRÉMITÉ DE RETENIR. N'essayez pas de communiquer ce que vous voulez par des gestes de la main. Ne me regarde pas d'un air absent – ​​VOUS M'avez approché. Surtout, ne lève pas les yeux au ciel et ne pousse pas un soupir avant de me dire méchamment ce que tu veux tout en bavardant dans le téléphone.

8. Si nous n'avons plus de couvercles de gobelets et que nous devons vous donner un vieux couvercle plat ordinaire avec une languette de déchirure (cela arrive parfois) - ne paniquez pas et ne criez pas au responsable qu'il va renverser et ruiner votre " voiture très chère. Mon pote, j'ai vu cette voiture (tu la gares en double devant la porte d'entrée presque tous les putains de jours) et ce n'est pas tout ça, alors descends de ton putain de grand cheval. Et si vous avez assez d'argent pour cette voiture chère, soit achetez une tasse de voyage décente avec un couvercle verrouillable, soit obtenez les détails de la putain de voiture si quelque chose se renverse. Et peut-être arrêter la caféine. Connard.

9. Si vous commandez un Frappuccino, je vous détesterai encore plus.

10. Arrêtez de râler sur les noms de tout. Oui, il y a une taille "grande". Non, ce n'est pas la plus petite taille - ce serait la "petite". Quelque part le long de la ligne, il a été supprimé du menu, mais peut toujours être commandé. Cela n'a pas beaucoup de sens pour moi non plus, mais je n'ai pas trouvé la nomenclature pour cette merde. Trier par les noms sur le menu , parce que des gens me demandent un "café moyen" et s'énervent inexplicablement quand je leur donne un grand. Ce qui est un café moyen. Si vous mangez chez McDonald's, vous mettez un "Mc" devant à peu près tout – se faire foutre et s'y habituer.

11. Gardez votre putain de poussette Bugaboo de 1200 $ de large à l'extérieur. De. Les. Boutique.

12. Si vous faites partie des Change People sérieusement ennuyeux et incroyablement stupides, il est très probable que je retiens l'envie de vous battre de manière insensée. Surtout si vous dites quelque chose comme « J'ai vingt-quatre cents, si ça peut aider… » – vous n'aidez personne. F + ck vous et votre monnaie exacte. Ne rigole pas et dis-moi à quel point ça pèse sur ton sac et que tu dois t'en débarrasser. Que diriez-vous de cela : retirez quotidiennement votre monnaie de rechange de votre sac ou de vos poches. Jetez-le dans un pot de changement. Lorsque le pot se remplit, encaissez-le. Si simple, tout le monde peut le faire !

13. Lorsque vous commandez "trois shots d'espresso, sur de la glace, dans une tasse venti, de la glace supplémentaire" - NOUS SAVONS CE QUE VOUS FAITES. Vous volez, car vous payez beaucoup moins cher que pour un café au lait, puis vous le remplissez à ras bord avec le lait des pichets du bar à condiments. Vous mangez probablement tout le temps aux buffets et remplissez subrepticement votre sac à bandoulière de nourriture aussi. C'est une leçon difficile à apprendre, mais vous devriez vraiment l'apprendre : si vous ne pouvez pas vous permettre quelque chose, ne l'achetez pas. Connard.

14. Ce n'est pas parce que je travaille chez Starbucks que je suis stupide. Si j'avais un sou pour tous ceux qui me traitaient comme un idiot complet parce que je travaille dans le secteur des services, je serais un milliardaire à la retraite maintenant. J'ai probablement obtenu des résultats plus élevés que vous aux tests standardisés, je suis mieux lu, mieux éduqué, un meilleur écrivain, plus articulé, plus intéressant, plus observateur et mieux voyagé. Cependant, parce que je suis un artiste (comme beaucoup de mes collègues), je ne gagne pas le genre d'argent que font les avocats, les médecins et les PDG du monde, cela ne fait cependant pas de moi une personne de seconde classe. citoyen. Alors arrête de me traiter (et tous ceux qui travaillent chez Starbucks) comme tel.


10 choses que vous ne savez pas sur Starbucks (mais que vous devriez !)

Starbucks est l'icône du café que les gens aiment ou détestent. La société de Seattle a ouvert son premier magasin en 1971, et toutes ces années plus tard, le géant du café prépare toujours des boissons addictives et une controverse de taille venti à travers le monde. Voici 10 choses que vous ne saviez peut-être pas sur Starbucks.

1. Cela aurait pu être « Pequods »

Rien ne dit génie du marketing comme une référence littéraire extrêmement vague. C'était du moins la logique des fondateurs originaux de Starbucks - deux enseignants et un écrivain - qui ont choisi de nommer leur entreprise de grains de café naissante d'après un personnage mineur de Moby-Dick.

Lorsque le premier Starbucks a ouvert ses portes au Pike Place Market de Seattle en 1971, il ne vendait pas de boissons à base de café, juste des haricots. Les fondateurs ont voulu donner à l'endroit le nom du premier officier du capitaine Achab, Starbuck. C'est vrai"¦ ce gars. Before that, they considered naming it after Ahab's boat, the Pequod, but changed their mind — according to a Starbucks spokesperson — when a friend tried out the tagline "Have a cup of Pequod."

2. About That Logo.

At close inspection, the Starbucks logo makes no sense. At closer inspection, it makes even less sense, plus you risk dipping your nose in frap foam.

There's some lady with long hair wearing a crown and holding what appears to be two"¦ giant salmon? Decapitated palm trees? Miniature sand worms from Beetlejuice?

Conspiracy theorists have had a field day with the cryptic image. Anti-Semitic groups have claimed that the crowned maiden is the biblical Queen Esther, proving that Starbucks is behind various Zionist plots. Others see parallels to Illuminati imagery. The real story is less about evil conspiracies than prudish graphic design.

Since Starbucks was named after a nautical character, the original Starbucks logo was designed to reflect the seductive imagery of the sea. An early creative partner dug through old marine archives until he found an image of a siren from a 16th century Nordic woodcut. She was bare-breasted, twin-tailed and simply screamed, "Buy coffee!"

In the ensuing years, Starbucks marketing types decided to tastefully cover up the mer-boobs with long hair, drop the suggestive spread-eagle tail and give the 500-year-old sea witch a youthful facelift. Le résultat? Queen Esther at Sea World.

3. "˜Want a Kidney With That?'

For three years, Annamarie Ausnes was just another Sharpie-scrawled name on a paper cup. She would stop by the same Tacoma, Washington, Starbucks a few times a week for a morning lift and make small talk with barista Sandie Andersen. No one would have called them friends. And no one could have guessed what would happen next.

For 20 years, Ausnes had suffered from polycystic kidney disease, a rare condition that invariably ends in kidney failure. In the fall of 2007, the 55-year-old started feeling weak and her doctor confirmed that her kidneys were only operating at 15%. Any lower and she'd have to go on dialysis. Much like a barroom regular spilling his soul to the bartender, Ausnes shared her sad tale with the friendly barista Andersen, who went above and beyond the call of customer service. Andersen immediately got a blood test, and when she found out she was a match, told Ausnes that she wanted to donate her kidney. A few months later, the two women -- barista and casual professional acquaintance -- entered the Virginia Mason Medical Center to swap internal organs. The transplant was a success, leaving the only remaining question: how much of a tip do you leave for a kidney?

4. A Starbucks on Every Corner

There are over 16,700 Starbucks locations in more than 50 countries, including Wales, which we're pretty sure isn't a country (update: it is a country). During a particularly heady period in the late 1990s and early aughts, Starbucks was opening a new store every workday.

In 2008 and 2009, as millions of Starbucks customers lost their latte money — and their homes, cars and first born children — to the recession, the coffee giant was forced to shrink just a tad. It closed 771 stores worldwide and has plans to close a couple hundred more. Australia was particularly hard-hit, losing 61 of its 84 Starbucks in July 2008. At least they still have giant beer and koalas.

But before you start feeling sorry for the Seattle-based mega-company, consider this statistic gathered by Harper's magazine in 2002, confirming the nagging suspicion that Starbucks is stalking you: 68 of Manhattan's 124 Starbucks are located within two blocks (!) of another Starbucks. [Image credit: Starbucks Everywhere]

5. Hand in the Tip Jar

Back in 2008, a San Diego judge ordered Starbucks to pay back $86 million in tips (plus interest) to over 100,000 of its California baristas. For years, Starbucks had a policy of spreading the tip jar love among all employees, even shift supervisors. The cash and coins (and occasional Skittles) were pooled weekly and divvied out according to how many hours the employee had clocked, adding up to an extra $1.71 an hour.

An ex-barista filed a class-action suit in 2006 citing that supervisors aren't entitled to tips under California law. The Super Court judge agreed, and dropped the $105 million bomb on Starbucks in a curt four-paragraph ruling. Starbucks called the suit "fundamentally unfair and beyond all common sense and reason," citing the fact that supervisors also make coffee and serve customers.

In a rare win for corporate American (ahem), the judge's ruling was reversed a year later by the Court of Appeals, who agreed that supervisors "essentially perform the same job as baristas." Just don't tell that to their girlfriends.

6. Who's "˜So Vain' Now?

Carly Simon is famous for her transparently personal "you-done-me-wrong" ballads in which unnamed exes like Cat Stevens and James Taylor drag her heart through the dirt. But few people expected the 64-year-old crooner to lavish the same overwrought emotion on Howard Schultz, the CEO of Starbucks.

In 2009, Simon filed a lawsuit against Starbucks, claiming the coffee chain had failed to adequately promote her album This Kind of Love, produced and distributed by Starbucks' house label, Hear Music. But before she called her lawyer, Simon sent a series of handwritten notes to CEO Schultz, including the following quasi-Haiku quoted in the New York Times: "Howard, Fraud is the creation of Faith/ And then the betrayal. Carly."

For its part, Starbucks said it stocked Simon's CD at over 7,000 stores, put it on heavy rotation in the droning Starbucks soundtrack and even kept the slow-selling album on the shelves way past its expiration date just to be "nice." In the end, it was Starbucks' vice president of brand content Chris Bruzzo who ended up sounding like a Carly Simon song:

"We're very disappointed that Carly has decided to file this suit because we worked very hard and put a lot of time, and energy, and effort from the music team and thousands of stores behind giving this album its best shot in finding its audience," Bruzzo said. Put a samba beat to that and he's got something.

7. "˜Forbidden' Latte

When a Starbucks affiliate opened a 200-square-foot coffee stand inside the walls of China's Forbidden City in 2000, the proud nation of 1.3 billion reacted as if someone had spilled a Venti Caramel Macchiato on its collective crotch.

A nationwide survey found that 70% of Chinese thought that a coffee shop had no business in the 600-year-old UNESCO World Heritage Site. A news anchor on China's state-run television even led an online protest to the caffeinated intruder, saying that Starbucks "undermined the Forbidden City's solemnity and trampled over Chinese culture."

Turns out that Starbucks only opened the mini-outpost at the invitation of Forbidden City Museum officials who were "testing the waters" for more commercial interests in the 178-acre site. The test concluded that the waters were teeming with coffee-hating Chinese sharks. In 2007, the Forbidden City Starbucks (OK, that does sound a little funny) closed its tiny bamboo doors.

8. Undercover Bux

The owner of Victrola Coffee Roasters in the Capitol Hill neighborhood of Seattle knew something was brewing when a team of known Starbucks employees started hanging out at his shop and scribbling notes into a conspicuous folder labeled "OBSERVATIONS."

A few months later, the Starbucks outlet down the street closed up for renovations. The "slutty mermaid" sign came down and a new one went up: 15th Avenue Coffee and Tea. Did someone actually buy out a Starbucks in Seattle? Was this a rare victory for little coffee? Qu'est-ce que tu penses?

This was Starbucks being Starbucks without being Starbucks. The hope is that brand-averse hipsters will ignore the obvious Starbuckiness of the new store and concentrate on the new wine and beer selection (inspired by Victrola). Plans are in the works for additional stealth Starbucks in Seattle.

9. Reading Material

Back in the '90s, Starbucks tried to sell a paper version of Microsoft's online magazine Slate, which nobody read. In 1997, it started stocking selections from Oprah's Book Club, which nobody bought. And in 1999, it tried to publish its very own literary magazine called Joe, a convincingly high-brow, well-written, stylish rag that only lasted three issues.

10. The Starbucks-Peet's Connection

Remember the first time you saw The Empire Strikes Back? Luke's right hand goes hurdling down that bottomless vent thingy, he's holding on for his life, and Vader is going on about the power of the Dark Side. Then he drops the shocker-to-end-all-shockers: "I am your father." NOOOOOOOOOOO!

All you Peet's Coffee & Tea fans are about to have your own one-hand Luke moment. Back in 1970, Starbucks co-founder Jerry Baldwin worked at the original Berkeley location of Peet's, the creator of the American specialty coffee concept. When Baldwin and his buddies Zev Siegel and Gordon Bowker decided to open their own coffee shop in Seattle in 1971, they bought all their raw beans from Alfred Peet.

But here's the kicker. Baldwin actually bought Peet's in 1984, then he sold Starbucks in 1987. He was the chairman of Peet's until 2001 when the store went public and he became the director. In other words, "Peet's, I am your father!"

So if you're one of those people who hates Starbucks and loves Peet's Coffee & Tea or one of those people who hates Peet's and loves the bux, it turns out you're only hating yourself.


Caramel Macchiato

First, a story. We were incredibly busy at work today and I thought I would never get a break from steaming pitchers of milk. But, trust me, I would have much rather been steaming milk than dealing with this woman. We serve crazy people every day, but sometimes particularly interesting people come in to “brighten” my day. Let’s call her “Diane”.

So “Diane” stops me mid-pitcher and starts shouting at me about how much she hates her Caramel Macchiato. “It’s bitter!” I kindly explain to her that a Macchiato is usually more bitter at the beginning and sweeter at the end, and she yells, “Every time I get this drink from here it tastes differently!.” So I apologize with a fake smile, roll my eyes as she walks away, and begin steaming milk again.

As she stormed off, I couldn’t help but think, “Why does she keep ordering a drink that she never likes?”

Every day, thousands of people flock to Starbuck’s Coffee shops all over the globe to indulge in one of their signature beverages, the Caramel Macchiato. Sounds fancy, right? And every day, hundreds of those thousands of people seem to be confused when they actually taste the beverage. What makes it so elusive and repulsive to so many Americans? Let’s break it down.

A Caramel Macchiato is a Starbuck’s variation on the traditional Latte Macchiato, which is an Italian espresso beverage. Macchiato refers to the fact that the espresso “marks” the milk. Here’s how its made:

  1. Pump vanilla syrup into a paper cup or mug. (2 pumps for a tall, 3 for a grande, and 4 for a venti)
  2. Steam milk, usually 2%, t0 160 degrees.
  3. Pour the milk into the cup, topping it off with foam about 1/4 of an inch below the top.
  4. Pour espresso over the foamed milk. (1 shot for a tall, 2 shots for a grande or venti)
  5. Drizzle caramel syrup over the espresso in a crosshatch pattern
  6. Put a lid on the cup and serve it to the customer.

Six very simple steps even the least experienced barista can manage. In fact, its always been my favorite drink because its so simple to make and always turns out looking beautiful.

So, here’s the reason so many people end up disliking it. First of all, even though there is a lot of caramel on top, the espresso is the first taste that a consumer gets, so its going to be bitter at first. Also, by the time you reach the end of the cup, you’re basically drinking warm vanilla milk. But, some people like that.

Perhaps the real reason so many people end up disliking it is because they order it having absolutely no idea what it is. It just sounds cool and looks pretty so people order it. But if you really want it to taste the way you’ll enjoy it, try this instead: “May I have a Vanilla Latte with Caramel Drizzle.” Because when you stir up your fancy drink, you’re really just ending up with something that simple. And, a lot less expensive.

Oh, and on one final note, please don’t be mad at me that your fancy drink took a while. In fact, Starbucks mandates its employees make one drink at a time to ensure that you get the best drink possible and we’re just following directions with a smile.


10 Things You’ll Never Hear a Real Coffee Drinker Say

We all have that friend (cough cough, me) that loves to go on and on about his/her coffee addiction. We get it, you love coffee and you can’t live without it, but please stop talking about it.

Nevertheless, when they go on their rambling session here are 10 things you will not hear them say:

1. “Can I have a pumpkin spice latte?”

Real coffee drinkers would never ask for sugar, milk or flavoring in their coffee. They like americanos with extra shots of espresso, please.

2. “I didn’t drink any coffee this morning.”

The only reasons they get out of bed in the morning is to start brewing that coffee and drink it. After this, the day can begin.

3. “I ran out of coffee in my apartment.”

They have backup bags of coffee for their backups. If there is ever a coffee shortage in the world, their apartment is the place to go to get your caffeine fix.

4. “I think you’ve had enough caffeine for one day.”

Gif courtesy of tumblr.com

They hate when other people judge their caffeine-drinking habits, so they would never comment on others.

5. “The barista spelled my name wrong.”

That might have happened the first time, but they are BFFs by now. Also, they don’t care about the outside, they only care about what’s inside that coffee mug.

6. “Do you want me to throw away the rest of your coffee for you?”

Friends don’t let friends waste coffee.

7. “Starbucks coffee is amazing.”

If they are real coffee drinkers they appreciate the marvelous taste of coffee. They would much rather go to the local coffee shop they know serves killer Colombian coffee. They go to Starbucks for convenience, not for taste.

8. “That coffee was hella expensive.”

Coffee is the love of their life, and you cannot put a price on love.

9. “I made a terrible cup of coffee.”

They are pros at making coffee and were probably baristas in a past life. They simply do not mess up their coffee and they know all the secrets to brewing a perfectly caffeinated cup of coffee.


How to Talk About Race With Your Starbucks Barista: A Guide

First up in the realm of unfathomable embarrassment, Starbucks CEO Howard Schultz has rolled out an immediately self-parodic corporate initiative called "Race Together," in which—according to Fortune —"Starbucks baristas will have the option as they serve customers to hand cups on which they've handwritten the words 'Race Together' and start a discussion about race."

It sounds like a joke, but the sincere-looking and distinctively pale hands holding "Race Together" cups on the Starbucks press rollout seem très serious, and apparently this horrible idea pops off at 12,000 locations starting this week.

Here's how the company explains the origin of Race Together:

As racially-charged tragedies unfolded in communities across the country, the chairman and ceo of Starbucks didn't remain a silent bystander. Howard Schultz voiced his concerns with partners (employees) in the company's Seattle headquarters and started a discussion about race in America.

Despite raw emotion around racial unrest from Ferguson, Missouri to New York City to Oakland, "we at Starbucks should be willing to talk about these issues in America," Schultz said. "Not to point fingers or to place blame, and not because we have answers, but because staying silent is not who we are."

Really, how might they imagine this going down? "Crazy about all that racism out there," the barista will say to the customer. No matter what the customer replies, it'll be fucking horrible.

First, ordering coffee from a chain store is an act that necessarily takes place under conditions—quick, perfunctory, corporately polite—that are exactly oppositional to the conditions necessary to talk about race. Second, if you're gonna allude to Mike Brown and Eric Garner in the press release, it's an interesting move to paint race in America as some sort of confusing, nebulous issue in which one must just wade in gently without pointing fingers. Ferguson, for one, is an American story with both blame and answers at the ready. What Schultz euphemistically calls "these issues in America" is the racial climate inevitable in a country that was founded on white supremacy, sustained by white supremacy, and is still dramatically marked by it today.

But just as race manages to continue disguising itself as an issue with "no easy answers," self-righteousness will continue to look like discourse—and, of course, those baristas are making $10 an hour, which seems ample for being encouraged to essentially live inside the real-life equivalent of an internet comments section, i.e. "talk to complete strangers about race at Starbucks." It's actually not a bad idea! I personally feel extremely grateful to Howard Schultz for finally saying what no one is bold enough to—what's up with all this race stuff lately, guys?

As a starting point to encourage all Jezebel readers to take part in racial dialogue at Starbucks, Iɽ like to suggest that we, as customers, bring it up first. Don't wait for that scribbled little "Race Together" wink on your cup, or that USA Today supplement that'll ask you whether or not you even have any black friends. Go ahead and signify to your barista that you're "down," but like, not in a way that suggests you are trying to appropriate African-American culture, just like, down to chat, down to say is it racist that I kinda want cornrows OU hey, I see your name is Priya, that means dot Indian instead of feather Indian, right, just kidding I am aping the language of the oppressor rather than replicating it it's subversive OU hi Beau, am I correct that the Confederacy is heritage and not discrimination OU it's a shame that people who look like the two of us are concentrated in low-wage occupations OU damn so crazy about all those unarmed black people that keep getting killed!

My prayers are with all the Starbucks employees who are going to be united across their own racial rainbow with the extreme discomfort of dealing with this Race Together campaign. On that note, here are some ideas for how you can order your coffee now.

• "Room for cream, please. But there's no room for ɼream,' so to speak, in my pussy. I am opposed to having intercourse with white men. Haven't they benefited enough?"

• "Black is fine. For my tall drip coffee, at least. Black people in America have faced hundreds of years of social and legal barriers that have left lingering, painful wounds."

• "Light roast with a little half-and-half. If you can't tell, I'm 'half-and-half' myself, although both the one-drop rule and the popular imagination label me as black. It is what it is—although I can say the N-word and you probably can't."

• "I'll have three quad espressos—one shot for each factor by which white household net worth in America outpaces black net worth. Sorry, is this awkward? I thought Carl would be working this morning. I actually don't savoir the stats for Asians. But you look well-educated—those cultures really value hard work."

• "Caramel macchiato. By the way, Iɽ never refer to your beautiful skin as ⟊ramel,' even though it does look good enough to eat. Racists are horrible, am I right?"

• "Flat white, like the general demographics in Scandinavia. You know that's the only reason they're able to sustain the economics of a social safety net, because they don't have to deal with the complicating factors of diversity like we do in America. Diversity is good, don't get me wrong, but it's resulting in white people being the most hated group in America."

• *writes Class Together on $5 bill* "It's more class than race, anyway."


Voir la vidéo: Starbucks Music 2021 - Smooth Jazz Music for Study,Sleep,Work,Relax - Cafe Ambience, Cafe ASMR


Article Précédent

3 menorahs culinaires impressionnantes que nous aurions aimé préparer il y a huit jours !

Article Suivant

6 des bières les plus chères au monde